Close

Incógnita

Incógnita Incógnita (Énigme), c'est le nom que nous avons donné à l'effigie qui préside et veille sur le site Arqueología Ecuatoriana, depuis toutes les fenêtres. Son origine est anecdotique, comme presque tout d'ailleurs dans la pratique archéologique équatorienne. Il s'agit d'une pièce unique, sans contexte connu, tombée entre nos mains de façon très paradoxale.

Interprétation iconographique

Silla Manteña

Revues Apachita
Apachita

Dans la culture andine, l'apachita est un endroit situé au bord des chemins, généralement en haute montagne, où les voyageurs déposaient une pierre en remerciement aux "apus", pour leur avoir accordé un voyage tranquille. "Apachita" est le bulletin de divulgation archéologique préparé par le Laboratoire d'Archeólogie de l'Université Catholique Équatorienne (siège de Quito), avec la particpation des étudiants. Chaque bulletin est un caillou intellectuel recueilli dans le but de construire une base de préparation académique solide pour les futurs archéologues. Malgré son apparence modeste, "Apachita" s'est diffusée assez rapidement, circulant dans la communauté universitaire de l'Université Catholique de Quito, les institutions culturelles, les moyens de communication, les archéologues et le public intéressé. Nous mettons à présent à disposition des internautes le contenu des numéros déjà publiés, convaincus que l'accueil qui lui sera fait sera aussi enthousiaste, tout comme l'effort que nous fournissons dans la préparation de chaque bulletin.

Éditeur : Ernesto Salazar



Les Manteños à Cerro Jaboncillo PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ana María Morales   
Lundi, 19 Novembre 2012 07:21

“ils assurent que le seigneur de Manta a ou avait une d'émeraude, de grande taille et fort précieuse, que leurs ancêtres possédèrent et conservèrent comme objet de vénération et tinrent en grande estime, l' exhibant parfois en public et l'adorant et révérant comme si elle renfermait quelque divinité.” (Cieza de León, 1973:136)

Dans ses propos au sujet des "provinces de Puerto Viejo et de la ligne équinoxiale", Pedro Cieza de León (1973:129) y décrit leurs habitants comme des individus de taille moyenne, possesseurs de terres particulièrement fertiles, parsemées de champs de maïs, de manioc, de "piments" ainsi que de "beaucoup d'autres genres de racines profitables" ; sans oublier les pois doux, les avocats, les "petites cerises", orangers et limettiers. Il y décrit des animaux semblables à des  porcs, à de grands canards domestiqués et du gibier riche en viande, ainsi que des "tourterelles", des "colombes" et un oiseau plus coloré, semblable au coq, appelée “maca”. Cieza de León et Benzoni décrivent également plusieurs individus couverts de verrues sur le front, le nez -entre autres-, tout en ajoutant que quelques espagnols furent également touchés par ce mal "aussi gros qu'une noix"  (Cieza de León, 1973:129, 130). Parmi cette population, le chroniqueur distingue "deux manières de gens". L'une d'elles se caractérise par un visage mutilé, à un degré plus ou moins important selon les cas. Les femmes "se présentent mutilées et toutes vêtues", à l'instar des hommes, au moyen de mantes et chemisettes en coton  (Cieza de León, 1973:130). De son côté, Benzoni (1989:313, 314) se réfère à la région de Manta en évoquant que "ces gens se peignent le visage et se perforent le nez, les oreilles et les joues, et lorsqu'ils font des fêtes, ils se mettent des bijoux. En ce qui concerne le vêtement, la plupart porte une chemisette sans manches ; d'autres sont nus et se peignent parfois le corps en noir". De façon semblable, Pedro Cieza de León (1973:138) raconte comment Francisco Pacheco “s'embarqua” vers un village nommé Picuaza et fonda Puerto Viejo -ou "villa" en 1535-, là où il le jugea le plus convenable. Lorsque Benzoni (1989:310) mentionne “la région de Puerto Viejo”, les espagnols semblaient déjà y vivre, alors que la province était en cours de destruction.

 
Moritiri te salutant: l'homme et le taureau PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Lundi, 19 Novembre 2012 06:43

Un sujet à la mode, et pourtant très vieux. Pour preuve, les 10.000 ans d'ancienneté de l'histoire de la relation entre l'homme et le taureau. Je dis bien "l'homme", car du point de vue de historique de l'arène, les femmes ont à peine pris le taureau par les cornes! Depuis, ou du Néolithique jusqu'à nos jours tout au moins, une quantité de cultures et de civilisations (sumériens, assyriens, hitites, grecs, perses, romains, etc.) ont connu au moins une variante de culte au taureau (cf. Flores Arroyuelo 2000, pour une synthèse exhaustive sur le sujet), dont je vous ferai grâce de la description par souci d'espace, et afin de souligner les célébrations tauromachiques à caractère séculier ou semi-séculier.

L'ancêtre commun dont dérivent tous les taureaux domestiqués est l'auroch, soit le Bos primigenius primigenius pour la version occidentale ou Bos primigenius namadicus du côté de la variante orientale. Celles-ci sont à l'origine des deux principales espèces connues : la première, dépourvue de bosse (Bos taurus), domestiquée dans le Croissant fertile il y a 8.000 ans environ puis répandue vers l'Occident, et une deuxiéme, dotée d'une bosse (Bos indicus), qui regroupe principalement les zébus de l'Inde et l'Asie occidentale, domestiqués il y a 7.000 à peu près.

Mise à jour le Vendredi, 01 Mars 2013 15:17
 
Les Mayas et la fin du monde : Histoire d'une prophétie précolombienne PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Florencio Delgado Espinoza   
Lundi, 19 Novembre 2012 05:25

"Ils ne parlèrent jamais de destruction de la terre. Ils parlaient de la fin d'ères qui devaient en commencer d'autres. Les attentes sont grandes, alors que 2012 marquera la fin du cycle majeur des 13 baktounes. La vision catastrophique d'une destruction de la terre en 2012 a engendré la peur, principalement à travers des livres et des films sensationnalistes, dont l'unique objectif est de sous-tirer de l'argent. Ces médias mélangent quelques possibilités, non-acceptées par la majortié des scientifiques, à la fantaisie des auteurs (deux soleils dans le ciel, la conjonction terre soleil dans la galaxie, le changement de rotation de l'axe de la terre, etc.)" (Ruiz Paredes 2010: 9).

En dépit du fait que le monde des mayas ait été bien connu et étudié par les sciences par le passé, dans le courant des dernières années, la connaissance sur l'existence de cette civilisation précolombienne s'est popularisée et étendue bien au-delà des salles de cours universitaires, des archéologues, épigraphes et du monde scientifique en général. Actuellement, l'on entend parler des Mayas partout : dans les autobus bondés, dans les files d'attente des banques ou des bureaux publics, dans les couloirs d'hôpitaux, dans les conversations de café et surtout, dans le tumultueux monde cybernétique. Des messages sur les réseaux sociaux, des rencontres de purification, des espaces d'adoration aux supposés dieux sont monnaie courante de ce genre de fidèles à n'importe quel phénomène apocalyptique sur la fin de l'humanité. D'autres, qui en ont les moyens, se construisent même des bunkers, et se préparent pour la fin. Face à ce phénomène d'hystérie sociale, il convient de se demander... mais quelle est la raison de toute cette agitation? Si, d'une part, la popularisation de la connaissance sur les mayas fait plaisir à voir en tant qu'archéologues, de l'autre, elle nous amène à réfléchir sur les raisons et les manifestations de ce processus. Et la réponse se trouve dans la citation qui ouvre ce texte, c'est-à-dire, dans une interprétation au sujet d'une date qui, dans le système de calendriers mayas, signale le solstice de décembre comme la fin de 13 Baktoune 4 Ahaw, interprété par beaucoup comme la fin du monde. Cette interprétation a été accueillie par la vague New Age et sensationnalisée par la presse, entraînant des expressions d'hystérie collective dans certaines parties du monde. Nous retraçons ci-dessous l'histoire de cette prophétie maya supposée.

Mise à jour le Lundi, 19 Novembre 2012 06:24
 
Expériences de Palanda : l'interaction sociale des archéologues face à la communauté PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Francisco Valdez   
Vendredi, 16 Novembre 2012 13:38

En juillet 2009, le Sous-Secrétariat du Patrimoine du Ministère de la Culture convoquait plusieurs chercheurs équatorianistes à une réunion où l'on se proposait d'aborder des concepts et des idées afin de contribuer à l'élaboration dde politiques patrimoniales orientées vers la gestion des sites et contextes archéologiques. Il s'agissait donc de chercher des critères et des suggestions fondés sur la recherche et la gestion des espaces archéologiques. Le résultat de la discussion devait constituer une base pour la construction d'un système national de gestion des sites et contextes patrimoniaux. C'est dans ce cadre particulier que je me suis permis de proposer une série de critères, fruits des expériences tirées du travail de recherche archéologique que nous menons dans le gisement Santa Ana - La Florida, situé dans le canton Palanda (Zamora-Chinchipe). Il est évident qu'aborder le sujet implique tout d'abord comprendre comment la communauté conceptualise ce qu'est le Patrimoine. Autrement dit, nous devons commencer la réflexion sur la gestion des sites patrimoniaux en nous posant une série de questions, qui sont en elles-mêmes une base afin d'aborder de façon cohérente le problème de la gestion communautaire du patrimoine et ses expressions naturelles et culturelles.

Mise à jour le Vendredi, 16 Novembre 2012 13:50
 
D'étoiles et de singes dans la culture pasto PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Josefina Vásquez P.   
Vendredi, 16 Novembre 2012 09:39

Le territoire pasto comprend une grande partie des páramos du sud-ouest de la Colombie et du nord de l'Équateur, essentiellement localisés entre le fleuve Chota (rive septentrionale dans la province de Carchi) et le fleuve Guáitara (département colombien de Nariño). L'étendue de son occupation archéologique oscille entre les 400 et 1600 apr. J.-C. Nous savons que, entre des périodes de soumission et de rébellions temporelles, les pastos ont résisté à la conquête inca, à l'instar d'autres chefferies du Nord de l'Équateur (Betanzos 1510?{2004}: 254-255); Cieza de León 1962 {1553}:121-123). Néanmoins, à l'époque de la colonie espagnole, les peuples pastos furent dévastés par l'esclavage dans les haciendas et les mines, ainsi que par le rejet racial manifesté par les conquistadors. Aujourd'hui, leurs descendants s'obstinent à peupler les enclaves de Nariño et ont une influence politique à l'échelle nationale (Rappaport 1998, 2005).

Mise à jour le Vendredi, 16 Novembre 2012 13:38
 
Bienvenue, Apachita! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Vendredi, 16 Novembre 2012 09:36

Apachita est née à l'Ecole d'Anthropologie de l'Université Catholique de Quito, vers 2004, grâce au contagieux enthousiasme que les professeurs d'alors, Ernesto Salazar et Josefina Vásquez, purent transmettre à leurs étudiants. Ce projet surgit à la manière d'un espace destiné aux élèves et professeurs afin qu'ils puissent y présenter des articles courts et des données sortant quelque peu du format disciplinaire des publications scientifiques. Contrairement à l'histoire des publications en Équateur, l'Apachita en est aujourd'hui au numéro 19, grâce à l'enthousiasme de son éditeur Ernesto Salazar. Josefina Vásquez est passée à l'Université San Francisco de Quito, et désormais, suite au départ en retraite de Ernesto de l'Université Catholique, ils se réunissent de nouveau dans le cadre du Centre de Recherches Socioculturelles (CIS) de l'Université San Francisco de Quito. L'Apachita continue ; elle a déjà beacoup de cailloux et elle se profile comme un monticule rempli d'idées et de projets, en continuité avec le concept d'origine d'être essentiellement l'instrument de publication des étudiants d'archéologie équatorienne.

Les membres du Centre de Recherches Socioculturelles souhaitons la bienvenue à Apachita, et espérons que, jour après jour, le petit tas de cailloux continuera de grandir.

Mise à jour le Vendredi, 16 Novembre 2012 13:37
 
Éditorial PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Vendredi, 16 Novembre 2012 09:35

L'éditeur est parti en retraite et a laissé son poste d'enseignant à l'Université Catholique de Quito. Il a déménagé chez lui avec tout l'attirail de l'office, parmi lequel figure le bulletin Apachita. Modeste dans sa présentation, -à travers laquelle on le connaît-, le bulletin est un outil de diffusion archéologique, élaboré par l'éditeur avec la participation d'étudiants et de collègues archéologues. Dans la culture andine, l'apachita est un endroit situé sur le bord d'un chemin, le plus souvent de haute montagne, où les voyageurs déposaient une pierre en guise de remerciement aux apus pour le succès de la traversée. Dans ce contexte, chaque Bulletin Apachita est une sorte de caillou "intellectuel" amassé en vue de construire un édifice assurant une solide préparation scientifique aux futurs archéologues. L'éditeur apprécie l'excellente prédisposition avec laquelle le Centre de Recherches Socioculturelles (CIS) de l'Université San Francisco de Quito nous a reçus, et espère que l'accueil fait à Apachita sera aussi stimulant que l'enthousiasme que nous mettons à l'élaboration de chaque bulletin.

Mise à jour le Vendredi, 16 Novembre 2012 13:37
 
Le Premier Rapport Archéologique de l'Équateur PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Lundi, 23 Mai 2011 15:07

George A. Dorsey (1868-1931) fut un anthropologue formé à l'Université de Harvard, où il se diplôma avec une dissertation intitulée "Une étude archéologique basée sur une exploration personnelle de plus de cent tombes de la nécropole de Ancon, au Pérou". Il se consacra très vite à l'enseignement en anthropologie, et rejoint le Field Museum of Natural History, dont il devint le conservateur. C'est alors qu'il organisa et prit part à plusieurs expéditions menées dans les territoires des aborigènes de l'Ouest et du Sud-ouest américain, où il eut l'occasion de former des collections ethnographiques et archéologiques, plus particulièrement dans les ruines hopis. Il fut en outre un des fondateurs et premier secrétaire de la American Anthropological Association, et l'auteur de plusieurs livres sur l'ethnographie des indiens des États-Unis. Ses intérêts professionnels le portèrent à visiter de nombreux pays du monde. Une des ses premières missions à l'étranger fut celle qu'il réalisa en Amérique du Sud (1891-1892), dans le but d'acquérir du matériel pour la World's Columbian Exposition, organisée par Chicago pour commémorer le quatrième centenaire de la découverte de l'Amérique.

Mise à jour le Lundi, 23 Mai 2011 16:05
 
Songe d'une nuit d'hiver PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Lundi, 23 Mai 2011 13:28

Je me trouvais assis dans mon bureau en train de lire les nouvelles sur mon portable. C'est alors que j'appris que la American Anthropological Association, la plus prestigieuse société scientifique du monde anthropologique, a décidé de supprimer le mot "science" de sa section d'objectifs généraux. C'est-à-dire qu'au lieu d'être la "science" qui étudie l'humanité sous tous ses aspects, l'anthropologie devient la simple promotrice de la "compréhension publique" de l'humanité sous tous ses aspects. Un peu plus d'huile sur le feu qui, depuis diz ans environ, attise à part égale aussi bien le groupe des anthropologues pour ainsi dire "orthodoxes", et celui des sympathisants d'une attitude plus ouverte face aux défis et "produits" du pluriculturalisme.

Mise à jour le Lundi, 23 Mai 2011 15:23
 
En Circulation... PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Lundi, 23 Mai 2011 13:20

Adams, Amanda, 2010, Ladies of the field. Early women archaeologists and their search for adventure. Greystone Books, Vancouver.

Adovasio, J. M., 2010, Basketry technology. A guide to identification and analysis, Updated Edition. Left Coast Press. Walnut Creek, CA.

Aufderheide, Arthur C., 2002, The scientific study of mummies. Cambridge University Press, Cambridge.

Bruno, David; Julian Thomas, eds., 2010, Handbook of landscape archaeology. Left Coast Press. Walnut Creek, CA.

Burger, Richard L., Lucy C. Salazar, 2008, Machu Picchu. Unveiling the mystery of the Incas. Yale University Press, New Haven.

Cerullo, Mary M., 2009, Shipwrecks: exploring sunken cities beneath the sea. Dutton Books, North Holllywood, CA.

Childs, Craig, 2010, Finders keepers. A tale of archaeological plunder and obsession, Little Brown, New York.

Coe, Michael D., 2005, The Maya. Thames & Hudson, Londres.

Costa von Buchwald, Gustavo, 2007, Ingeniero Otto von Buchwald, 1843-1934. Lenguas amerindias, Poligráfica, Guayaquil.

Coulston, J. C., Hazel Dodge, Jon Coulston, 2000, Ancient Rome. The archaeology of the eternal city. Oxford University Oxford.

Demarest, Arthur; Rita P. Wright, 2004, Ancient Maya. The rise and fall of a rain-forest civilization. Cambridge University Press. Cambridge.

Desdemaines-Hugon, Christine; Ian Tattersall, 2010, Stepping-stones. A journey through the ice age caves of the Dordogne. Yale University Press, New Haven.

Duche Hidalgo, Carlos; y Geoffroy de Saulieu, 2009, Pastaza precolombino. Datos arqueológicos preliminares con el catálogo del Museo etno-arqueológico de Puyo y del Pastaza. Abya-Yala, Quito.

Fagan, Brian M., 2001, The little ice age. How climate made history 1300-1850. Basic Books, New York.

Fennell, Christopher C., 2007, Crossroads and cosmologies. Diasporas and ethnogenesis in the New World. University Press of Florida, Gainesville.

Fisher, Christopher T., J. Brett, Hill, Gary M. Feinman, 2009, The archaeology of environmental change. Socionatural legacies of degradation and resilience. University of Arizona Press, Tucson.

Hindle, Brian P., y Paul Hindle, 2009, Medieval roads and tracks. Shire Publications, Oxford.

Jennings, Justin, ed., 2010, Beyond Wari walls. Regional perspectives on Middle Horizon Peru. University of New Mexico Press, Albuquerque.

Lathrap, Donald, 2010, El alto Amazonas, Instituto Cultural Runa, Lima.

Lewis-Williams, David, 2004, The Mind in the Cave. Consciousness and the origins of art. Thames & Hudson, Londres. Little, Barbara J., 2006, Historical archaeology. Why the past matters. Left Coast Press, Walnut Creek, CA.

Milner, George R., 2005, The moundbuilders. Ancient peoples of Eastern North America. Thames & Hudson, Londres.

Nur, Amos, Dawn Burgess, 2008, Apocalypse. Earthquakes, archaeology, and the wrath of God, Princeton University Press, Princeton.

O'Connor, Terry, 2008, The archaeology of animal bones. Texas A&M University Press, Austin.

Pauketat, Timothy R., 2010, Cahokia, ancient America's great city on the Mississippi, Penguin Library of American Indian History, Penguin Books, New York.

Praetzellis, Adrian, 2003, Death by theory. A tale of mystery and archaeological theory. AltaMira Press, Lanham, MD.

Reid, Basil A., 2009, Myths and realities of caribbean history. Caribbean archaeology and ethnohistory. University of Alabama Press, Tuscaloosa.

Renfrew, Colin, 2009, Prehistory. The making of the human mind. Modern Library, New York.

Sabloff, Jeremy A., 2008, Archaeology matters. Action archaeology in the modern world. Left Coast Press, Walnut Creek, CA.

Scarre, Chris, 2009, The human past. World prehistory and the development of human societies. Thames & Hudson, Londres.

Schiffer, Michael Brian, Kacy L. Hollenback, y James M. Skibo, 2010, Behavioral archaeology. Principles and practice, Equinox Publishing, Londres.

Skibo, James M., 1999, Ants for breakfast. University of Utah Press, Chicago.

Stone, Mark; Michael D. Coe, y Mark van Stone, 2005, Reading the Maya glyphs. Thames & Hudson, Londres.

Waldron, Tony, 2008, Palaeopathology. Cambridge University Press, Cambridge.

Wenke, Robert J., Deborah I. Olszewski, 2006, Patterns in prehistory. Humankind's first three million years - 5th Edition. University Press, Oxford.

Wescott, David, ed., 1999, Primitive technology. A book of earth skills, Society of Primitive Technology, Gibbs, Smith Publisher, Slat Lake City.

Wescott, David, ed., 2001, Primitive technology II. Ancestral skill. Society of Primitive Technology. Gibbs, Smith Publisher, Salt Lake City.

Wieczorek, Alfred, Wilfried Rosendahl, 2010, Mummies of the World. Prestel Publishing, New York.

Yeager, C. G.; George C. Frison, 2000, Arrowheads & stone artifacts. A practical guide for the amateur archaeologist. Pruett Publishing, Boulder, CO.

Mise à jour le Lundi, 23 Mai 2011 15:23
 
Des os dans la cour PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Angelika Franz   
Lundi, 23 Mai 2011 13:13

En Allemagne, certaines cours de maisons contemporaines ont servi comme lieux de pendaison il y a des centaines d'annés. Les allemands ont toujours trouvé des squelettes par hasard mais aujourd'hui, les archéologues les cherchent délibérément.

Kurt Bachmann et son fils Uwe habían avaient à peine commencé à fouiller quand ils tombèrent sur quelque chose de dur. Ils s'arrêtèrent à temps. Ils continuèrent de fouiller et ils furent frappés de stupeur par ce qu'ils virent. Il y avait des os sous la tourbière, juste à l'endroit où ils pensaient poser les fondations de leur cabane d'été à Hessisch Lichtenau, une ville du centre de l'Allemagne. Il s'agissait d'un squelette humain, étendu de tout son long et avec les bras croisés sur le torse. Curieusement, sa tête n'était pas rattachée au cou : elle reposait sur les genoux du squelette.

 
Nouvelles fraîchement cueillies PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ernesto Salazar   
Lundi, 23 Mai 2011 13:02

Zahi Hawass s'en va…

Le tout-puissant Secrétaire Général du Conseil Suprême des Antiquités Égyptiennes, Monsieur Zahi Hawass, promu au rang de Ministre des Antiquités peu avant la chute du président Hosni Mubarack, a décidé de se retirer et de ne pas faire partie du nouveau gouvernement. Hawass a réussi à contrôler toute la pratique archéologique en Égypte, à commencer par les chercheurs autorisés à travailler dans le pays, sans oublier le contrôle du trafic d'antiquités, les importants changements requis pour la préservation des sites archéologiques, la conservation de l'immense patrimoine matériel pharaonique, la gestion du tourisme, ou encore la croisade pour le rappatriement des antiquités égyptiennes sorties du pays. Parmi les nombreuses demandes de restitution figurent celle de la Pierre de Rosette (à l'origine du déchiffrement des hiéroglyphes), le buste de Néfertiti, le zodiaque de Denderah, et l'obélisque du temple de Louxor (aujourd'hui Place de La Concorde à Paris). Il est incontestable que Hawass a fait plus en 150 ans pour l'archéologie égyptienne que tous ses prédécesseurs du Bureau des Antiquités. Non sans créer une forte opposition parmi ses collègues et le public en général, surtout par rapport à son obsession exagérée de figuration (Kate Taylor, mars 2011 nytimes.com).

Mise à jour le Lundi, 23 Mai 2011 15:17
 
Notes pour une iconographie cañari PDF Imprimer Envoyer
Écrit par José Luis Espinoza E.   
Lundi, 23 Mai 2011 12:54

La salle du Musée de Ingapirca renferme plusieurs objets n'ayant pas été étudiés, bien que caractérisés par des traits dignes d'être soulignés. Dans la note suivante, je voudrais attirer l'attention sur certains détails figurant sur des statuettes antropomorphes, connues sous le nom de "sonajeros", ainsi que sur certaines sculptures antropomorphes en pierre caractérisées par des protubérances en forme de cône posées sur leur tête, qui semblent évoquer la coiffe singulière des cañaris. Lors de son passage dans la province de Tomebamba en 1547, Cieza de León (2005: 131) les décrit comme suit: "ils ont les cheveux très longs, et ils se les enroulent une fois autour de la tête, de sorte que celle-ci, ainsi qu'une couronne ronde qu'ils portent, -d'un bois fin-, indiquent tout de suite qu'ils sont cañaris, car ils portent ce signe afin d'être reconnus.  Par conséquent, leurs femmes aiment avoir les cheveux longs, et se les enrouler aussi autour de la tête, de sorte à être reconnues en tant que telles par leurs maris". Dans un autre passage, le chroniqueur rajoute: "Alors que je me trouvais à Cuzco, des gens de toutes parts y entraient, et de par les signes, nous reconnaissions que les uns étaient canches, les autres, canas, et les autres, collas, et d'autres, huancas, et d'autres, cañaris, et d'autres, chachapoyas  (id., 135). “Ces-derniers conservent les coutumes de leurs parents et se parent selon leur usage, et même si mille hommes se trouvaient ensemble, on les reconnaîtrait aisément à travers les signes qu'ils se mettaient sur la tête” (idem, 242).

Mise à jour le Lundi, 23 Mai 2011 15:25
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 13

^  top